Qu’est-ce que le refroidissement adiabatique ?

La réfrigération adiabatique est un type de climatisation qui ne comporte pas de composants électriques. Elle utilise le processus d’évaporation de l’eau pour refroidir l’air, ce qui est plus efficace et plus rentable que les systèmes fonctionnant à l’électricité. Les réfrigérateurs adiabatiques sont souvent utilisés dans les usines et les entrepôts car ils sont capables de refroidir l’air sans en affecter la qualité.

Le refroidissement adiabatique est une méthode de climatisation qui fait appel à une source de chaleur. Le mode de fonctionnement est simple : l’air chauffé est aspiré par la pompe à chaleur et se refroidit par le processus d’évaporation de l’eau à l’intérieur du réservoir.

L’air refroidi est transféré dans l’espace à climatiser. Ce type de climatisation est particulièrement intéressant car il est économe en énergie et extrêmement silencieux. En outre, l’air produit est extrêmement propre et frais, car il est filtré par l’eau du réservoir.

La technique de refroidissement adiabatique où l’air est refroidi par le processus d’évaporation de l’eau. L’air chaud est aspiré dans le système par le ventilateur et circule ensuite dans un réservoir d’eau. L’eau s’évapore pour refroidir l’air qui est ensuite expulsé dans l’espace à refroidir. Le refroidissement adiabatique est une alternative rentable et écologique à la climatisation conventionnelle qui utilise des combustibles fossiles pour générer de la chaleur.

Le refroidissement adiabatique est un processus physique qui consiste à diminuer la température d’une substance en la transférant dans un environnement à plus faible pression. Cela se produit dans le cas où le gaz est exposé à des sources froides, ce qui entraîne une diminution de son volume. Dans le cas où le gaz se dilate, son énergie interne est réduite, ce qui entraîne une diminution de sa température. Le refroidissement adiabatique est utilisé dans de nombreux domaines, notamment la réfrigération, la climatisation et la cryogénie.

Refroidissement direct par air forcé

Les échangeurs de chaleur à plaques sont ceux où l’air évacué est refroidi par humidification. Ce type de système permet d’utiliser la « puissance de refroidissement » de l’humidification adiabatique sans avoir à humidifier l’air frais.

L’air vicié et l’air frais traversent un échangeur à deux plaques. Dans l’échangeur, l’air vicié est humidifié. Deux phénomènes différents sont ainsi combinés dans l’échangeur : le refroidissement adiabatique de l’air vicié et le refroidissement au contact de l’air frais. A noter les volets de dérivation (sur l’air frais, l’air frais et l’air vicié) permettant un contrôle de la puissance échangée.

Nous ne disposons pas d’informations neutres pour évaluer les performances et la valeur énergétique d’un tel dispositif. Il semble que même si le processus d’humidification de l’air stagnant est effectué avant l’échangeur, alors le refroidissement supplémentaire qui en découle n’est pas suffisant pour augmenter la quantité d’énergie qui est récupérée lors du processus de refroidissement.

C’est l’incorporation probable de l’humidificateur dans l’échangeur qui améliorera les performances du système. Dans ce cas précis, l’eau s’évapore à l’intérieur de l’échangeur et le refroidit ainsi que l’air ancien. Le fabricant de cet équipement affirme que, dans des conditions idéales, il peut refroidir l’air neuf de 10 degrés Celsius.

En hiver, après la fin de l’humidification, il est possible d’observer le fonctionnement d’un groupe « traditionnel » qui dispose d’un échangeur à plaques.

Refroidissement direct d’un réseau d’eau

Il existe différentes méthodes de refroidissement qui reposent sur l’évaporation de l’eau, et notamment celles qui sont associées aux équipements frigorifiques qui offrent la possibilité de refroidir gratuitement par le biais de tours de refroidissement ou d’aéroréfrigérants.

Ce processus est indépendant de la méthode d’humidification ; le principe reste le même : les molécules d’eau se transforment progressivement en vapeur, créant une diminution de la température de l’air par évaporation.

Son efficacité sera d’autant plus grande que la surface de l’eau est grande, que le débit d’air à la surface de l’eau est important et que la température de l’air est élevée.

Il est également indispensable d’assurer un suivi et un entretien rigoureux de l’équipement, car :

  • les surfaces humides constituent un milieu propice à la croissance des micro-organismes
  • La cristallisation est provoquée par l’évaporation, ce qui entraîne des dépôts (sels minéraux carbonates, sels minéraux) ;
  • la circulation de l’air favorise l’accumulation de la poussière. Avantages et inconvénients
  • La manière la plus simple de fournir un processus de refroidissement naturel en utilisant des équipements existants tels qu’une unité de refroidissement, une unité de ventilation, une tour…
  • Cependant, le pouvoir de refroidissement est limité. Plus l’environnement est sec et chaud, plus la puissance de refroidissement est importante (un tel système est inutile dans les régions qui ont un climat tropical, c’est-à-dire les régions où l’air chaud est chargé d’une forte humidité. Le refroidissement de l’eau n’est possible que pendant la mi-saison ou même le soir.
  • Plus le climat est sec et chaud, plus la capacité de refroidissement de l’air est élevée. (Un tel dispositif n’est pas nécessaire dans les climats tropicaux, dans lesquels l’air chaud est déjà chargé d’un excès d’humidité. Dans notre région, nous nous situons entre …
  • Le processus de refroidissement n’est réalisable qu’à des températures extérieures typiques de la mi-saison ou même de la nuit.
  • Il s’agit de refroidissement, et non de climatisation au sens où il s’agit de fournir une puissance de refroidissement suffisante, quels que soient les besoin.
  • Le dispositif ne peut pas être contrôlé avec précision, car il dépend de l’humidité extérieure. Il est plus efficace lorsque le temps est sec et chaud.
  • La quantité d’eau utilisée n’est pas négligeable, mais elle doit être de bonne qualité pour éviter l’entartrage des tuyaux et les problèmes de légionellose. Pour éviter ces problèmes, il est nécessaire de mettre en place un système de traitement.

Naturellement, le traitement de l’eau de pluie diminue la charge de la consommation d’eau potable ; cependant, il dépend de la garantie du fabricant quant à la solidité de son équipement. Régulation Les éléments qui composent l’installation sont les filtres, les surpresseurs les pressostats de sécurité les électrovannes, les rampes de pompes avec buses les échangeurs, les vannes de purge. La maîtrise du refroidissement adiabatique dépend essentiellement de la régulation des débits d’eau et d’air.

Retour haut de page