Camping sauvage : le guide complet

La beauté de la nature et l’observation de la tranquillité loin des villes est ce qui attire les voyageurs à prendre part au camping sauvage. Que vous ayez fait du camping et de la randonnée en Nouvelle-Zélande ou que vous vous prépariez à votre premier voyage en sac à dos, qui comprend une nuit dans les Highlands écossais, les règles sont les mêmes. Voici un aperçu des étapes que vous devez suivre pour vous préparer à faire du camping sauvage.

Planifiez votre voyage avec soin

Qu’il s’agisse de votre première ou de votre centième fois, la préparation est cruciale, car beaucoup de choses se passent dans la nature – et c’est souvent le cas. Le temps peut changer brusquement, les sentiers peuvent être bloqués et les rivières peuvent déborder, ou d’autres voyageurs peuvent être arrivés à votre emplacement de camping préféré avant vous… Vous devez donc préparer votre voyage à l’avance. Utilisez une carte pour tracer l’itinéraire à votre portée, et confirmez sa viabilité en contactant le centre d’information du parc que vous allez visiter, ou un groupe de randonnée local si c’est possible. Estimez la durée de votre randonnée Il est plus prudent d’être prudent que de se fixer un rythme d’ultra-marathon et d’identifier ensuite trois ou deux endroits où vous pouvez rester.

Campez là où c’est autorisé

Également appelé « camping libre » ou « camping de la liberté », le camping sauvage a une signification totalement différente selon l’endroit où vous vous rendez. Dans certains pays, il s’agit de planter sa tente dans des zones spécialement conçues et dotées d’équipements de base, tandis que dans d’autres pays, il s’agit de décider de son propre emplacement au sein d’une vaste zone naturelle.La législation relative au camping sauvage diffère d’un État, d’un pays à l’autre et même d’une région à l’autre. En Angleterre et au Pays de Galles, le camping sauvage est strictement réglementé car la plupart des zones sont privées, mais certaines zones l’autorisent, notamment les parcs nationaux. En Australie et en Nouvelle-Zélande, le camping libre est monnaie courante, mais uniquement dans les limites de certaines réserves et portions de parcs nationaux, tout comme c’est le cas au Canada et aux États-Unis. Où que vous souhaitiez séjourner, ne faites pas d’hypothèses. Obtenez des informations et des conseils auprès de vos offices de tourisme locaux ainsi que des offices des parcs nationaux.

Que devez-vous apporter dans votre sac ?

S’éloigner de la civilisation est l’une des principales raisons d’aller camper dans la nature, mais cela signifie aussi que vous êtes totalement autosuffisant. Il est fort probable que l’épicerie la plus proche se trouve à des kilomètres, vous devrez donc emporter tout ce dont vous aurez besoin, ainsi que beaucoup de nourriture. Emportez toujours une nuit supplémentaire de nourriture en cas d’urgence. Faites un inventaire. Outre les articles évidents comme un réchaud de tente étanche, du carburant et des vêtements de plein air appropriés, pensez à des articles plus petits mais essentiels comme une lampe de poche avec des piles, des allumettes et un insectifuge. Un couteau de poche et un ruban adhésif solide et imperméable peuvent également être utiles pour les petites réparations.

Méfiez-vous de la météo.

La météo peut vous empêcher de vous rendre à votre emplacement de camping. Assurez-vous de consulter les bulletins météorologiques locaux avant votre départ et apprenez à lire le ciel pendant votre voyage, en particulier si vous vous dirigez vers des cols ou des pics élevés. Un simple sentier peut s’avérer périlleux sous la pluie, la neige ou le manque de visibilité, qui représentent de sérieux dangers lors d’une randonnée en montagne, car le temps peut changer rapidement en quelques minutes. D’un autre côté, la chaleur peut vous faire perdre de l’énergie, vous déshydrater ou provoquer un coup de chaleur. Couvrez-vous ou changez de direction lorsque le temps devient mauvais.

Installez-vous correctement

Veillez à installer votre tente sur un terrain bien drainé, en altitude, à un endroit qui n’est pas trop éloigné du bord de l’eau. Il est recommandé d’inspecter la zone pour déterminer si quelque chose peut endommager votre tente. Les arbres peuvent sembler être l’endroit idéal pour se protéger des éléments, mais méfiez-vous des branches qui peuvent se casser en cas de vent fort. Veillez à installer votre camp à une distance qui ne soit pas trop éloignée. Faites attention aux endroits où les pierres sont plus susceptibles de tomber. Vous devez également camper dans un endroit calme, en veillant à installer votre camp loin des bâtiments ou des routes et à l’écart des routes et des chemins. L’idée d’une forêt humide peut sembler être une excellente option, mais elles ont tendance à attirer les insectes et les moustiques.Lorsque vous avez choisi votre site, assurez-vous de monter votre tente de manière sécurisée, et d’attacher les mâts aux arbres ou aux rochers au cas où le sol serait trop dur.

Trouvez un point d’eau

L’eau est essentielle pour tout voyage de camping en pleine nature : pensez à l’endroit où vous la trouverez et assurez-vous qu’elle est potable. Votre guide ou votre carte doit indiquer où vous pouvez trouver de l’eau, sous la forme du robinet situé dans les toilettes ou d’un ruisseau ou d’une rivière naturelle. Si vous n’êtes pas sûr de la qualité de votre eau, vous devez la traiter. Portez-la à ébullition pendant au moins 3 minutes, ou utilisez des filtres ou des traitements chimiques. De petits kits de purification de l’eau sont disponibles dans la plupart des magasins d’équipement de plein air.

Attention au feu

Les feux de forêt représentent un grave danger dans les régions sèches et le camping est interdit dans de nombreuses zones pour cette raison. Respectez toutes les restrictions en matière d’incendie. Si le camping est autorisé, veillez à respecter les règles, qu’elles recommandent d’utiliser des foyers, des fosses à feu ou de ne brûler que du bois mort provenant de sources autorisées. N’allumez pas un grand feu lorsqu’un plus petit suffit et assurez-vous de l’avoir éteint en saturant les cendres d’eau ou en les recouvrant de sable ou de terre. Veillez à ce que les cendres soient refroidies avant de partir.

Gardez un œil sur les animaux sauvages

La possibilité de rencontrer des animaux sauvages est toujours un aspect excitant d’un voyage en camping, mais certains sont moins amicaux que d’autres. Renseignez-vous sur les animaux sauvages qui vivent dans la région et sur les dangers qu’ils peuvent représenter. Veillez à respecter les règles d’interaction avec les animaux sauvages : gardez une distance de sécurité, rangez vos objets et ne les nourrissez pas, même s’ils sont mignons ou insistants. Il existe des insectes plus petits, comme les moustiques, les araignées ou les tiques par exemple, qui peuvent être les plus problématiques. Veillez à prendre toutes les précautions nécessaires, notamment en vous faisant vacciner lorsque cela est conseillé.

Préparez-vous aux situations d’urgence

Ne partez pas sans informer quelqu’un d’autre de vos projets et de votre heure de retour prévue. Si quelque chose ne va pas, cette personne pourra donner l’alerte. Avant de partir, assurez-vous que la trousse de premiers secours n’est pas périmée. Pour les voyages de courte durée, emportez au moins des analgésiques et des pansements. Si vous prévoyez un voyage de longue durée, emportez des bandages et des compresses stériles, des antiseptiques et des produits de réhydratation. Trouvez de la place pour un sac ou une couverture d’urgence. Un sifflet peut être utile pour attirer l’attention. Les balises de localisation personnelle (PLB) sont généralement disponibles à la location aux points de départ des sentiers populaires et permettent de prévenir le personnel d’urgence en cas de problème majeur.

Faites attention aux déchets

Ce n’est pas pour rien que les parcs nationaux et les réserves du monde entier proposent le camping sauvage aux amateurs d’aventure et aux campeurs : ils vous permettent de profiter de la beauté de la nature tout en prenant soin de l’impact que vous avez sur la planète. Si vous décidez de camper dans la nature à un endroit non prévu, c’est vous seul qui êtes responsable de laisser l’endroit tel que vous l’avez découvert. Veillez à jeter vos déchets à une profondeur d’au moins 20 centimètres et à une distance d’au moins 60 mètres de toute source d’eau et emportez votre papier toilette (dans un sac plastique refermable par exemple). Recyclez tous vos déchets, faites du feu mais avec modération et ne laissez rien de votre voyage pour que d’autres personnes puissent en profiter également.

Retour haut de page