Quelle assurance habitation dois-je choisir pour couvrir un colocataire en 2022 ?

L’assurance habitation pour les colocataires

La colocation est une option séduisante, notamment pour les étudiants qui recherchent la liberté de vivre de manière indépendante, tout en limitant le coût du logement. Partage des frais, des démarches administratives… mais aussi des responsabilités ! Parce que des accidents sont susceptibles de se produire, même en colocation, il est essentiel de se protéger collectivement et en cas d’accident. Consultez notre guide pour apprendre tout ce qu’il faut savoir sur l’assurance du logement en cas de colocation.

À lire aussi : Assurance habitation location meublée : Comment ça marche ?

Qui doit souscrire une assurance pour son logement en cas de colocation ?

La plupart du temps, ce sont les colocataires qui sont chargés de souscrire le contrat d’assurance habitation. Légalement, il suffit qu’au moins un des colocataires soit assuré contre les risques locatifs pour que l’obligation d’assurance soit respectée.

En cas de sinistre, chaque colocataire est responsable d’une partie de la charge, qui est déterminée par la proportion du loyer que chacun paie. Dans le cas d’une franchise à payer, par exemple, ce montant sera divisé entre chaque colocataire en fonction du pourcentage du loyer dont il est responsable.

Les colocataires peuvent souscrire des polices d’assurance habitation soit individuellement, soit collectivement, en fonction du nombre de baux exécutés. Exemples :

  • Si vous avez une police d’assurance pour un seul locataire Une seule police d’assurance habitation pourrait être établie pour couvrir tous les locataires. Le nom de chaque colocataire pourrait être inscrit sur la police ;
  • Si vous avez des colocataires avec plusieurs contrats de location : chacun des colocataires est couvert individuellement et peut choisir l’assurance de son choix. Bien qu’il soit généralement conseillé de s’assurer auprès du même assureur pour éviter les litiges en cas de sinistre.

Le saviez-vous ?

Dans le cas d’un plan d’assurance pour les maisons partagées, qui est un contrat de bail exclusif, le propriétaire ainsi que les colocataires pourraient choisir d’ajouter une clause supplémentaire dans le contrat de bail qui stipule que le propriétaire souscrira une assurance habitation pour les colocataires. Dans cette situation, la prime annuelle est remboursée aux colocataires chaque mois en plus des loyers. Le montant est généralement égal à un tiers du coût annuel et peut être augmenté de 10 % .

L’assurance habitation doit-elle être souscrite dans une colocation ?

Conformément à la loi, l’assurance des logements destinés aux locataires est obligatoire. C’est également le cas pour un appartement partagé par un couple. En effet, il est obligatoire pour les colocataires de protéger l’appartement qu’ils louent contre au moins l’un des risques les plus probables : incendie, explosion ou dégâts des eaux. incendie.

Il est toutefois essentiel de comprendre que la garantie minimale requise contre les risques collectifs est extrêmement restreinte. Elle ne couvre que les dommages à la structure, mais ne prend pas en compte

  • Les dommages causés aux voisins (en cas de dégâts des eaux, par exemple) ;
  • Les dommages matériels des colocataires (en cas d’incendie, par exemple).
assurance-habitation-colocation

C’est pour cette raison qu’il est fortement recommandé de souscrire une assurance multirisque habitation pour les colocataires afin d’être sécurisé des autres risques. Dans l’idéal, chaque colocataire devrait également souscrire une assurance pour lui-même pour sa responsabilité civile.

Par ailleurs, l’assurance des colocataires étant obligatoire, le propriétaire est en droit de demander aux colocataires une attestation d’assurance pour couvrir l’autre colocataire. Cette attestation doit être présentée au propriétaire au moment de la signature du contrat de location, puis renouvelée chaque année.

Si les locataires ne fournissent pas au propriétaire une preuve d’assurance, le propriétaire doit d’abord leur rappeler leur obligation de la fournir en leur envoyant un avis officiel. S’ils ne fournissent pas le certificat dans un délai d’un mois, le propriétaire peut alors :

  • Assurer la police d’habitation de l’appartement partagé (au nom de vos locataires) ;
  • Mettre fin au bail.

Comment modifier le contrat d’assurance de la colocation ?

Dans le cas d’une colocation, il est possible qu’un locataire quitte le logement avant les autres locataires. Dans ce scénario, il est essentiel de réviser le contrat de colocation en rédigeant un avenant au contrat de bail. Différents scénarios peuvent se produire :

Lorsqu’un ou plusieurs colocataires sont absents mais ne sont pas remplacés, il suffit dans ce cas de retirer son nom du contrat de bail.

En cas d’absence d’un ou plusieurs colocataires, il suffit de retirer le nom associé à l’ancien colocataire et d’inclure le nom du nouveau colocataire.

Bon à savoir.

En cas de modification de la colocation et notamment en cas d’absence ou d’arrivée d’un colocataire, une modification du contrat d’assurance habitation est nécessaire lorsque le contrat unique est établi pour couvrir tous les colocataires.

Comment fonctionne le contrat de colocation ?

Un accord de colocation fait référence à un contrat de location entre plusieurs locataires appelés colocataires. Il peut prendre la forme d’un contrat de location signé par tous les colocataires, ou de contrats de location séparés signés par chacun des colocataires individuellement.

La police d’assurance du colocataire est en France

Les étudiants représentent 40% des personnes qui vivent dans la chambre de leurs colocataires à travers la France selon des statistiques.

Une fois le contrat de colocation conclu, les colocataires s’engagent à payer le loyer, ainsi que les charges locatives. Pour les préserver de la menace de ne pas recevoir de loyer, le propriétaire peut ajouter une clause de solidarité au contrat de bail. Celle-ci implique :

  • Le locataire et en tant que garant de chaque locataire sont responsables des sommes qui sont dues au propriétaire. En d’autres termes, en cas de défaillance d’un colocataire, les colocataires de ce dernier seront tenus de combler la différence
  • Si un colocataire quitte la maison avant les autres colocataires et reste avec d’autres colocataires. Si un colocataire part avant les autres colocataires et reste avec les autres colocataires, il continue à résider avec les colocataires. Le colocataire qui est parti (comme le garant) se trouve dans les limites de la clause de solidarité pendant six mois après la fin de la résidence (à moins que le colocataire qui est parti puisse prendre sa place).

En cas de colocation, le propriétaire peut exiger une caution pour couvrir le coût du loyer non payé. Cette caution doit être précisée dans le contrat de bail. Le montant de la caution ne peut pas dépasser un mois de loyer (hors charges).

Partager cet Article

Retour haut de page